Les prés et l’abri :

Cheptel de moutons d'Ouessant sous la neige
Cheptel de moutons d’Ouessant sous la neige

Tout amateur appliqué élèvera aisément quelques moutons d’Ouessant. Toutefois, cet animal facilement qualifié de rustique, exige des soins élémentaires qui méritent d’être signalés.

Le mouton est un ruminant grégaire qui déteste la solitude. Il faut donc commencer par un couple au moins. Lire la suite

La santé :

Michel Billon en train de surveiller l'état sanitaire d'une antenaise (jeune brebis de 1 an)
Michel Billon en train de surveiller l’état sanitaire d’une antenaise (jeune brebis de 1 an)

La santé des animaux s’évalue régulièrement. Tiques et poux, peu visibles, envahissent rapidement un animal et l’affaiblissent inexorablement. La laine cache tout : les insectes, les plaies et la maigreur. Il faut donc vérifier régulièrement l’embonpoint des brebis au niveau des reins et à la base de la queue. Il est généralement trop tard pour réagir lorsqu’on remarque une certaine dégradation de la toison.

Beaucoup de signes peuvent néanmoins mettre en alerte : les souillures anales, les mammites, les blessures, le jetage par les narines. Un animal qui s’écarte du troupeau, qui ne mange pas lors de la distribution de grains, qui ne rumine pas ou qui grince des dents doit être immédiatement attrapé et soigné.

Les pâturages trop riches occasionnent facilement des diarrhées qu’il faut rapidement endiguer. Lire la suite

La Reproduction :

Les mères s'inquiètent et bêlent lorsque le petit agneau s'éloigne...
Les mères s’inquiètent et bêlent lorsque le petit agneau s’éloigne…

Les éleveurs attendent avec impatience l’époque des naissances.

C’est par le choix judicieux des accouplements que l’éleveur améliore son élevage. Il n’y a pas d’animal parfait : chacun doit apprécier ses propres brebis et repérer dans les élevages voisins les mâles potentiellement améliorateurs. Lire la suite

Des propositions pour l’avenir…

Le cheptel de moutons d'ouessant de Gilles Delorme - 2003L’augmentation de l’effectif au cours des deux dernières décennies permettrait d’affirmer que le mouton d’Ouessant n’est plus une race menacée. En réalité, en dehors d’un cercle restreint d’initiés, il est pratiquement impossible de trouver de bons animaux. Les milliers d’animaux qui naissent chaque année sont parfois si éloignés du standard qu’ils ne conservent d’Ouessant que le nom ! Or en se reproduisant ces moutons hors standard hypothèquent la qualité du patrimoine génétique de demain.

Lire la suite

Fiches d’aide à la gestion d’un cheptel de moutons d’Ouessant

Après l’acquisition des premiers animaux…, on peut gérer son cheptel à l’aide des   5  fiches ci-dessous :

Fiche ADMINISTRATIVE
pour les FEMELLES :

Permet d’archiver les dates de naissance, de mort, les agnelages, les propriétaires successifs..

Fiche ADMINISTRATIVE
pour les MALES :

Même fiche que pour les femelles, mais avec plus de lignes pour la descendance.

Fiche MESURES OBJECTIVES :

Permet de relever toutes les mesures métriques comme la taille, le poids,…et ceci à des âges différents.

Fiche MESURES QUALITATIVES :

Permet une évaluation de critères subjectifs comme la forme du cornage, l’apparence de la laine…

Fiche GENEALOGIE :

Permet de suivre les ancêtres de chaque animal. Chaque mouton apparaît avec son NOM, sa date de NAISSANCE, le nom de son NAISSEUR, et son NUMERO OFFICIEL

La sélection : quelques clefs…

Pour entreprendre une sélection sérieuse il faut d’abord savoir regarder les animaux. Pour exercer l’oeil, une visite au concours national, organisé par le GEMO en été (mi-juillet, fin août ou début septembre), s’impose donc. Par ailleurs, monsieur Abbé y présente les activités du groupement qu’il a fondé. Les éleveurs les plus chevronnés savourent les retrouvailles et guident utilement les néophytes. Lire la suite

Des origines à préciser…

Le mouton d’Ouessant ne devrait pas être considéré comme un animal « nain », ses membres ne sont pas atrophiés et son corps n’est pas raccourci. Au contraire, sa petite stature naturelle s’allie à une morphologie parfaitement proportionnée. L’Ouessant est donc une race à part entière caractérisée d’abord par sa petite taille.

Les origines de ce petit mouton  ne sont pas vraiment connues. Lire la suite

Des changements au XIX ème siècle…

La couleur brune prédominait vraisemblablement au XIX° siècle. Un dessin, paru dans « l’acclimatation » en 1909, représente des moutons d’Ouessant noirs devant un gwasked.

En Bretagne dominent des représentations de moutons noirs, au gabarit modeste :

Cette ancienne carte postale datant du début du XX° siècle représente la cour d’une ferme bretonne ou nantaise.Cette ancienne carte postale datant du début du XX° siècle représente la cour d’une ferme bretonne ou nantaise. Dominique Morzynski situe le document avant 1906. Toute information pour mieux localiser ce cliché sera la bienvenue. Les animaux représentés ont une morphologie générale rappelant incontestablement celle du mouton d’Ouessant. Cependant, monsieur Morzynski qui a conduit une analyse détaillée, remarque que certains animaux sont un peu grands. D’autres, à l’arrière-plan, semblent plus petits, mais il n’est pas aisé de différencier les agneaux et les adultes. Il est également à noter que les queues sont trop longues. Probablement ces animaux sont-ils des hybrides. Lire la suite

Les hypothèses…

Les certitudes manquent pour expliquer les particularités morphologiques de la race d’Ouessant, notamment sa petite taille. Des hypothèses multiples sont couramment avancées  :

La sélection naturelle ?

C’est un facteur à prendre en considération. L’île d’Ouessant (Bretagne), excessivement ventée, dépourvue d’arbres et offrant peu d’abris naturels aurait pu favoriser les petits animaux. Cette explication est partiellement recevable au vu du nanisme qui caractérise les vaches et chevaux sur les îles au climat rude. En 1900, plus de 6000 moutons d’Ouessant se partageaient, avec les vaches et chevaux, les 1562 hectares de l’île. Lire la suite